Le congrès en un clin d’œil

Le congrès en quelques chiffres

  • 600 congressistes attendus
  • plus de 100 représentants étrangers de peuples autochtones et de communautés locales
  • près de 60 nationalités représentées
  • 44 sessions scientifiques
  • 250 communications scientifiques
  • 150 posters
  • 45 projets pédagogiques et para-scolaires réalisés
  • 1500 scolaires (primaire et secondaire) impliqués
  • plusieurs milliers de participants grand public
  • des dizaines de tables rondes, conférences débats, spectacles expositions et projections de films
  • une trentaine de stands sur l’Esplanade Charles de Gaulle
  • un quarantaine de producteurs de produits régionaux
  • de nombreuses associations de la région Languedoc-Roussillon


Objectifs

  • Débattre des grands enjeux environnementaux en adoptant le point de vue des savoirs locaux naturalistes
  • Participation massive de représentants de peuples autochtones et de communautés locales (PACL)
  • Echanges multiformes, interculturels et interacteurs

Soutiens
  • UNESCO, Fonds pour l’Environnement Mondial, Coordination exécutive des Nations Unies pour Rio + 20, Instituts de Recherche et Universités de Montpellier, collectivités territoriales, Ministères de tutelle

Portée stratégique
  • Montpellier : capitale française du développement durable
  • Montpellier : membre du “Global Partnership on Cities and Biodiversity” de la Convention sur la Diversité Biologique
  • Montpellier : accueil de la conférence du G20 sur la recherche agricole pour le développement (septembre 2011)
  • Mise en place du dispositif national sur l'accès aux ressources génétiques et de partage juste et équitable des avantages (APA)
  • Ratification imminente du protocole de Nagoya par la France
  • Second sommet de la Terre (Rio + 20) deux semaines après le congrès

Mise en œuvre

1/ Colloque scientifique

  • 44 sessions sélectionnées ; 430 contributions individuelles soumises : 600 congressistes attendus

  • Sessions au Corum, à la Faculté de Droit, à l’Institut Botanique

  • Ateliers pré-congrès

  • Excursions de terrain

  • Conférenciers prestigieux


2/ un « off » grand public
  • Prolongement de la fête de la biodiversité de la ville de Montpellier (18-19 mai 2012)

  • Esplanade Charles de Gaulle et très nombreux espaces publics du centre historique de Montpellier

  • Formats de rencontres variés (tables-rondes, conférences-débats, projections de films, expositions, animations de stands, performances artistiques…)

  • Couverture médiatique locale, régionale, nationale (presse, radio, télévision, Internet)


3/ projets pédagogiques : implication active du monde scolaire et péri-scolaire par la préparation de sessions
  • projets pédagogiques bénéficiant d’un tuteurage scientifique et d’un accompagnement associatif

  • publics cibles : écoles primaires, collèges, lycées, établissements d’enseignement agricole, centres de formation d’enfants handicapés

  • mobilisation de réseaux : Graine Languedoc-Roussillon, clubs jeunes de l’IRD et du CNRS, clubs Unesco, Réseau des Ecoles Associées à l’Unesco…


4/ prélude à Rio+20
  • Atelier de la Coalition Globale pour la Diversité Biologique et Culturelle : étude de cas sur les modalités d’application des traités internationaux (WIPO, CBD, ITPGRFA)

  • Forum des peuples autochtones : mise en œuvre locale de la déclaration des Nations Unies pour les droits des peuples autochtone (UNDRIP) ; élaboration d’un « appel de Montpellier » pour Rio + 20